Publié : 19 décembre 2005

Lecas Sébastien

Lecas Sébastien intègre en 2003 (sur titre en deuxième année), par la voie PC* (3/2) puis la faculté, l’Ecole nationale des techniques avancées (ENSTA).

Actuellement en deuxième année.

Les points forts de cette école :
L’emploi et la recherche :
· L’ENSTA bénéficie de nombreux liens avec les universités, d’une part parce que les nombre d’admis sur titre est relativement important (30 sur 150), d’autre part parce que de nombreux professeurs sont des chercheurs dans les universités parisiennes.
· Chaque année, l’école participe au forum Trium avec les Mines et les Ponts qui permet la rencontre entre élèves et une centaine d’entreprises.
· Le salaire moyen de sortie est de 36K ? brut et l’école possède un bon réseau international : les 2/3 de la promo partent à l’étranger en 3ème année.
· Enfin, le mess des officiers où nous déjeunons est le meilleur RU de tout Paris : on y mange très bien et pour 1 Î 50 !!

La formation :
· L’école forme des ingénieurs généralistes. Les domaines étudiés sont la chimie, la mécanique, le traitement du signal, l’informatique, l’océanographie, les mathématiques ...
· Une part importante est donnée aux langues et aux matières économiques et sociales : droit pour l’ingénieur, comptabilité, analyse financière, séminaires de culture, création d’entreprise.
· Beaucoup de théorie, très généraliste : permet de choisir en bonne connaissance de cause ce dans quoi on va se spécialiser, grande variété de spécialisation (de l’économie à le biologie)

Souvenir du Lycée :
Du Lycée Corneille je me souviens du bruit que faisait le parquet en craquant sous nos pieds. Cela contribuait au charme de ce lycée monument historique..

Evaluer la taupe :
Mon sentiment sur la formation que j’ai reçu en taupe est ambivalent. D’un côté, il est clair que j’ai appris des techniques de travail et de rigueur qui me sont aujourd’hui très utiles et des connaissances approfondies. Cependant, j’ai ressenti un certain dénigrement des autres formations telles que l’université. Je ne regrette aucunement de ne pas avoir fait 5/2 puisque j’ai pu récupérer la filière ingénieur et intégrer une bonne école. Je pense que ces deux formations sont complémentaires (prépa et fac) et que le fait d’avoir connu les deux m’a apporté un esprit critique sur ces formations dites d’"élite".