Publié : 19 décembre 2005

Lafite Pierre

Lafite Pierre intègre en 2000, par la voie PC* (3/2), l’ ENS Lyon.

Actuellement en 1ère année de thèse en chimie (Paris 5).

Les points forts de cette école :
L’emploi et la recherche :
· De part sa nature, la formation à l’ENS est fortement basée sur la recherche (de nombreux cours sont basés sur des exemples concrets de recherche récente), et sur l’enseignement. Les liens avec l’extérieur de cette formation sont multiples : les diplômes passés étant ceux de l’université, il est facile ensuite de "réintégrer" la voie universitaire ; Possibilité est donnée en maîtrise d’effectuer un stage long à l’étranger en entreprise ou en laboratoire académique ; enfin, l’ouverture vers l’étranger est très encouragée, avec notamment possibilité de passer sa maîtrise dans des universités européennes (Florence, Londres, Prague,...)

La formation :
· La présence de nombreuses filières au sein de l’école (de la géologie à l’informatique) permet une formation multidisciplinaire "à la carte". Il est en effet possible de piocher des modules dans d’autres matières, et par exemple acquérir des notions poussées en mécanique quantique tout en suivant une maîtrise de mathématiques. Les cours sont très "académiques", très poussés, et sont aussi théoriques que pratiques (cela dépend bien évidemment des filières). Dans l’ensemble, la formation est plutôt globale dans chaque filière, et ne se focalise pas sur certains aspects (c’est l’optique de l’enseignement...).

Souvenir du Lycée :
Du Lycée Corneille je me souviens de l’ambiance, très agréable, car c’était le moyen le plus sûr d’échapper à la pression.

Evaluer la taupe :
La formation au lycée Corneille a été autant positive que négative sur certains aspects. Tout d’abord, il est évident que mes facultés de compréhension, et d’analyse de problème ont été aidées par ces 2 ans. Le point négatif est le fait que toutes les connaissances acquises (durement pour certaines), ont souvent été oubliées, et ce peu de temps après la fin de la PC*. Je pense donc que cette formation permet d’amplifier considérablement sa rapidité de réflexion, d’analyse, mais de par le nombre et leur densité, les connaissances acquises le sont "superficiellement", en tout cas en ce qui concerne les filières dont je me suis écarté.