Publié : 7 mars

Les proviseurs du Lycée Corneille de Rouen depuis la création du Lycée en 1803

1. Abbé Jacques Philippe Aubry (1803 - 1804). (Saint-Join, pays de Caux – mort en 1808 à Rouen). Il est professeur de rhétorique au collège de Lisieux à Paris au début de la Révolution. Membre du clergé et prêtre insermenté, prévôt de la collégiale de Tours, il est chassé et part se réfugier en Angleterre. Revenu en France en 1802, il est nommé professeur de belles-lettres à l’Ecole centrale de Rouen puis l’année suivante, il devient le premier proviseur (1803-1804) du nouveau Lycée Impérial. Chassé par une cabale, il est alors muté comme proviseur à Amiens pour lancer le lycée de la ville

2. Dugardin (6 octobre 1804 - 11 octobre 1810). Ancien professeur à l’université de Paris

3. Contantin Julien Le Priol (11 octobre 1810 – 16 juillet 1816). Né le 27 mai 1763 à Baud dans le Morbihan, décédé le 7 octobre 1849 à Hennebont dans le Morbihan. Fils d’un riche cultivateur du Scaouët, ordonné prêtre à 24 ans en 1785. Religieux, il enseigne en cinquième puis la philosophie au Collège de Vannes à partir de 1784 jusqu’en 1891. Docteur ès-lettres et ès-sciences, professeur de philosophie et de mathématiques. Lors de la Révolution, il refuse la constitution civile du clergé. Il doit s’enfuir et, avec l’évêque de Vannes Mgr Amelot, il se réfugie en Suisse puis en Bavière puis en Angleterre. Rentré en France sous le Consulat, il reprend sa carrière de professeur de mathématiques à Strasbourg entre 1803 et 1808. En 1808, il est nommé proviseur du lycée impérial de Pontivy, qui vient juste d’être créé, puis, en 1810, du lycée de Rouen. En 1816, il est nommé recteur de l’académie de Rennes et ceci jusqu’en 1822.

4. Robert François Beaufils (16 juillet 1816 – 1820). Abbé. Docteur ès-lettres et ès-sciences

5. Guillaume Antoine Faucon (1820 – 10 mars 1829). Né le 17 juillet 1769 à Vibeuf en Seine-Inférieure et décédé le 17 février 1851 à Rouen. Inspecteur d’Académie et recteur de l’Académie de Rouen le 14 novembre 1829, il part ensuite à la retraite. Il est connu pour avoir été « pris comme d’assaut » en défendant l’abbatiale St-Ouen au moment de la révolution, alors convertie en forge et destinée à être rasée.

6. Jacques Louis Faucon (10 mars 1829 - 29 février 1836). Né le 26 février 1791 à Vibeuf en Seine-Inférieure, décédé le 11 février 1848 à Douai dans le Nord. Neveu du précédent, licencié ès-lettres, officier de l’université, devient ensuite inspecteur de l’Académie de Rennes puis dans le Nord.

7. Pierre Joseph Dainez (29 février 1836 - 23 août 1843). Né le 3 novembre 1786 à Mons en Belgique. Il est décédé en février 1878. Elève au lycée de Bruxelles lors de l’annexion de la Belgique à la France. Professeur de mathématiques au lycée de Bruges en 1808 puis dans plusieurs autres établissements. Ensuite Professeur de mathématiques spéciales à Rouen avant d’en être nommé proviseur. Il sera ensuite recteur de l’Académie du Tarn-et-Garonne à Montauban puis à Privas. Membre de la Légion d’honneur, officier de l’Instruction publique.

8. Bernard Jean Baptiste Forneron (24 août 1843 - 24 novembre 1847). Né le 12 décembre 1797 à Messigny en Côte-d’Or et décédé le 31 décembre 1886 à Paris. Fils d’un huissier de juge de paix. Il effectue des études au collège de Gray et au Lycée de Dijon. En octobre 1818, il entre à l’ENS. Licencié ès lettres à la Sorbonne en 1821, il réussit la même année l’agrégation, figurant parmi 20 lauréats dont Jules Michelet. Agrégé des classes supérieures de lettres, il est régent du collège de Troyes puis devient censeur au collège de Douai en 1830. Il devient ensuite principal du collège de Troyes en 1831, proviseur du collège de Douai en 1840. Après son passage à Rouen, il est nommé inspecteur d’Académie à Montpellier en 1847 puis à Reims en 1848 avant d’en devenir le recteur en décembre 1849. Il est recteur de l’académie de Rouen en 1852. De 1853 à 1865, il dirige à Paris, en tant que proviseur, successivement le lycée Louis-le-Grand puis le Lycée Impérial Bonaparte (futur lycée Condorcet). Il prend sa retraite en 1865. Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1840 puis officier en 1856.

9. François Bonnin (24 novembre 1847 - 8 mars 1848). Né le 27 mars 1801 à Bussières-Boffy en Haute-Vienne. Licencié ès-lettres, proviseur au collège de Metz, devient ensuite inspecteur d’Académie à Nîmes.

10. Pierre Joseph Dainez (8 mars 1848-30 mars 1850). Né le 3 novembre 1786 à Mons en Belgique. Il est décédé en février 1878. Elève au lycée de Bruxelles lors de l’annexion de la Belgique à la France. Professeur de mathématiques au lycée de Bruges en 1808 puis dans plusieurs autres établissements. Ensuite Professeur de mathématiques spéciales à Rouen avant d’en être nommé proviseur. Il sera ensuite recteur de l’Académie du Tarn-et-Garonne à Montauban puis à Privas.

11. Guillaume Cabrié (30 août 1850 - 19 août 1857). Né le 26 décembre 1801 et décédé en 1859 à Paris. Censeur des études au lycée de Versailles, devient ensuite inspecteur d’Académie à Nantes.

12. Frédéric Jules Edmond Didier (19 août 1857-11 février 1862). Né le 25 janvier 1810 à Paris, agrégé de grammaire, proviseur au Lycée de Nantes, devient ensuite proviseur au lycée de Versailles.

13. Jean Baptiste Marie Denis (11 février 1862-22 août 1862). Né le 20 mars 1811 à Pontivy. Licencié ès-sciences, mathématiques et en droit, proviseur au lycée de Nantes, nommé ensuite censeur au lycée Louis-le-Grand. C’est le plus court séjour au lycée en tant que proviseur.

14. Prosper Honoré Gourbin (22 août 1862-16 août 1865). Né le 19 août 1806 à Camprond dans la Manche et décédé le 15 octobre 1881 à Coutances. Licencié ès-lettres, agrégé de grammaire en 1837 (classé 8e), proviseur au lycée de Montpellier, part en congé d’inactivité ensuite.

15. Henri Joseph Chevriaux (16 août 1865-8 janvier 1866). Né le 28 mars 1816 à Sedan et décédé le 14 décembre 1883 à Paris. Élève au lycée de Metz. Elève à l’ENS en 1834, licencié ès-lettres, professeur d’Histoire au lycée de Nancy. Il s’engage au 5ème Léger à Vincennes. Nommé officier, il est à Vincennes au moment de la révolution de Février 1848 où il est chargé d’organiser deux bataillons de la garde mobile, qu’il conduit, en juin 1848, contre les barricades au coin de la rue Saint-Jacques et de la rue des Mathurins. Il est alors décoré par le général Cavaignac. Il devient capitaine au 21e de Ligne en 1850. En 1850, il revient à l’enseignement et est nommé comme professeur de rhétorique au lycée de Moulins. Il est ensuite censeur et proviseur dans les lycées de Nice (au moment de l’annexion de Nice à la France), Bordeaux, censeur des études au lycée Bonaparte à Paris, proviseur au lycée de Vanves. En 1870, il est lieutenant-colonel de la Garde mobile à Paris et reçoit le commandement de l’Hôtel de Ville. Les insurgés occupent son lycée de Vanves le 31 octobre 1870 et il est alors pris en otage par la Commune lors des combats entre Versaillais et Communards. Après la Commune, reprend son poste de proviseur au lycée de Vanves. Nommé inspecteur de l’Académie de Paris.

16. Alexandre Pierre Gautier (8 janvier 1866-5 décembre 1874). Né le 11 février 1822 à Boursay dans le Loir-et-Cher, décédé le 24 avril 1910 à Gerbault, Saint-Ouen-les-Vignes dans l’Indre-et-Loire. Fils de cultivateur. Après avoir été employé aux travaux des champs jusqu’à l’âge de 15 ans, il obtient de venir à paris grâce à son grand-oncle paternel, professeur de cinquième au collège Louis-le-Grand. Il y entre comme élève interne boursier en 1837. Reçu bachelier ès lettres en 1842 et ès sciences en 1844, il est admis à l’ENS dans la section des sciences en 1844. Licencié ès-sciences, mathématiques, sciences physiques et sciences naturelles. Il est chargé du cours de mathématiques au collège de Pau en 1847, professeur de mathématiques élémentaires à Saint-Etienne en 1848, maître surveillant à l’ENS en 1850, censeur des études au lycée de Rodez en 1851, censeur à Tournon en 1852, censeur à Strasbourg en 1855, proviseur au lycée de Saint-Etienne en 1858, de Clermont-Ferrand en 1860, de Nice en 1862. Il deviendra après son passage au lycée de Rouen, proviseur du lycée Saint-Louis en 1874. Il sera enfin proviseur au lycée Michelet de Vanves en 1883. Inspecteur de l’économat des lycées et collèges en 1889, il est admis à la retraite en février 1894. Il reçoit alors le titre d’inspecteur général honoraire de l’Instruction publique. Il écrit une Histoire du collège de Rouen. Officier de l’instruction publique en 1856, il est officier de la Légion d’honneur le 18 janvier 1881. Il rédigera une monographie du lycée Corneille.

17. Auguste Matinée (5 décembre 1874-12 août 1881). Né le 20 janvier 1829 à Saint-Lô dans la Manche. Docteur ès-lettres, maître d’études au collège du Havre (1849-1852), sous-principal du collège d’Avranches en 1852-1853, secrétaire de l’Académie départementale de la Manche en 1853-1854, professeur de philosophie au collège d’Avranches en 1854-1859, chargé des fonctions de sous-principal. Sous-principal du collège du Havre en 1859-1861 et chargé de la classe de Philosophie en 1860-1861, censeur des études au Lycée du Havre en 1861-1869, proviseur suppléant au lycée de Coutances en 1869 et membre de plusieurs commissions, proviseur du lycée de Rennes le 11 août 1869. Après son passage à Rouen, il partira ensuite en retraite. C’est lui qui fera placer le plâtre de David d’Angers représentant Corneille dans la cour du Lycée. Il est promu Chevalier de la Légion d’honneur le 14 octobre 1873.

18. Emma Alexis Méalin (12 août 1881-7 août 1883). Né le 27 mai 1830 à Bourges et décédé en 1905. Bachelier ès-lettres le 4 août 1848, élève à l’ENS de 1852 à 1855, licencié ès-lettres le 9 novembre 1854. Chargé des cours de 4e au lycée de La Rochelle en 1855-1856, chargé des cours de 3e au lycée de Coutances en 1856-1857, chargé des cours de seconde au lycée de Périgueux en 1857-1861. Agrégé de grammaire le 27 septembre 1859, agrégé des lettres le 15 septembre 1863. Professeur de 3e à Vendôme en 1861-1863, professeur de 3e au lycée de Troyes en 1863-1864, professeur de seconde à Troyes en 1864-1867 , censeur des études au lycée de Nevers en 1867-1869, au lycée de Reims en 1869-1873, au lycée de Montpellier en 1873-1874, proviseur du lycée d’Avignon en 1874-1878, de Nîmes en 1878-1881. Après Corneille, il part ensuite au Lycée de Nancy où il achève sa carrière. Proviseur honoraire, officier d’Académie en 1865, officier de l’Instruction publique en 1852, chevalier de la Légion d’honneur le 4 août 1880.

19. Joseph Nicolas Alphonse Fringnet (7 août 1883-8 août 1885). Né le 26 février 1844 à Ville-Issey dans la Meuse et décédé en 1911. Elève à l’ENS le 20 août 1864. Licencié ès-lettres à paris en juillet 1865. Agrégé des lettres reçu au concours de 1868. Chargé de cours de seconde au lycée de Toulon en 1867-1869, professeur de seconde à Toulon en 1869, professeur de rhétorique au lycée de La Rochelle en 1869-1875, censeur du lycée de Bourges en 1875-1876, du lycée de Toulon en 1876-1878, du lycée de Montpellier en 1878-1879, du lycée du Mans en 1879-1883. Après son passage à Corneille, il est nommé proviseur au lycée Lakanal en 1885-1893. Il devient officier d’Académie le 4 août 1873, officier de l’Instruction publique le 24 juillet 1882, chevalier de la Légion d’honneur le 19 avril 1895, officier de la Légion d’honneur le 26 juillet 1904, Inspecteur de l’Académie de Paris le 2 janvier 1893.

20. Désiré Etienne Marie Taboureux (8 août 1885-14 août 1890). Agrégé de grammaire en 1869, proviseur au lycée d’Angers, nommé ensuite proviseur au lycée Voltaire de Paris (article du Figaro, 7 août 1890). Il décède en poste au lycée Voltaire fin décembre 1892.

21. Alfred Abel Chardon (14 août 1890-1895) Né le 29 juin 1835 à Sargé-sur-Braye (Loir-et-Cher), décédé le 29 avril 1903 à Tours. Aspirant répétiteur au lycée de Tournon en 1853-1855, professeur de mathématiques à Saverne en 1855-1857, chef de la classe de 8e au lycée de Strasbourg en 1857-1858, en congé régulier pour raison de santé en 1858-1859, maître répétiteur au Lycée Louis le Grand en 1859-1862, surveillant général au lycée de Vendôme en 1862-1863, censeur des Etudes à Vendôme en 1863-1865, censeur des études au Lycée impérial de Clermont-Ferrand en 1865 puis à Saint-Quentin, Strasbourg en 1869 et Rouen. Proviseur du lycée de Coutances de 1874 à 1878, du lycée de Troyes de 1878 à 1881, du lycée de Nîmes de 1881 à 1890. Chevalier de la légion d’honneur le 4 janvier 1895

22. Claude Adolphe Gabriel René Desfours (1895-1907). Né le 23 octobre 1848 à Besançon et décédé le 1er juin 1907 à Rouen. Fils d’un capitaine de Chasseurs, agrégé de grammaire, professeur à Colmar qu’il quitte en 1870, professeur en quatrième à Niort, censeur à Bourg-en-Bresse Bourges (1875-1876) puis à Tours (1876-1878) puis au lycée Corneille (4 mai 1878-1882, il refuse le poste de proviseur à Bastia en 1881), censeur à Mont-de-Marsan (1882-1884), directeur de l’école d’enseignement secondaire spéciale de Cluny (1884-1886), du Havre (1888-1895) puis proviseur du lycée Corneille. Chevalier de la Légion d’honneur en 1903. Il décède à son poste de proviseur du Lycée le 1er juin 1907.

23. Albert Léon Genevray (1907-1er mars 1915), (26 octobre 1860, Paris -1916). Agrégé de Lettres en 1883, professeur de rhétorique au Lycée de Montluçon puis de Poitiers, professeur de Seconde au lycée de Dijon, censeur à Nevers puis à Rouen en 1899-1900 puis proviseur à Coutances et Cherbourg. Il meurt à son poste le 1er mars 1915. Il est surnommé « le boeuf » parce qu’il souffle comme un phoque lorsqu’il donne le résultat des compositions.

24. François Henri Eugène Bellé (1er mai 1916 - 1932). Né le 15 novembre 1866 à Périgueux, décédé le 10 août 1945 aux Etats-Unis. Bachelier ès-lettres à Bordeaux en 1885 (mention bien), aspirant répétiteur au Lycée de Nantes en 1886-1887, boursier à la faculté de Rennes en, 1887-1889 et licencié ès-lettres à Rennes en 1889 (mention AB), répétiteur au lycée de Laval en 1889-1891, en congé pour raison de santé de 1891 à 1893, boursier d’agrégation à Bordeaux en 1893-1897, répétiteur au lycée de Mont-de-Marsan du 6 octobre au 16 décembre 1897 puis à Bordeaux du 17 décembre 1897 au 17 octobre 1898, professeur de lettres au collège de Louhans en 1898-1899, professeur de lettres à Verdun en 1899-1900, agrégé de grammaire en 1901 (14e rang), professeur à Bourg-en-Bresse en 1900-1902, censeur des études au lycée de à Chambéry en 1902-1904, censeur des études à Toulouse en 1904-1907, proviseur du lycée de Mâcon en 1907-1912, proviseur du lycée de Caen en 1912-1916. Il part aux Etats-Unis rejoindre son fils et sa fille qui y vivent. Il décède à la suite d’une opération lui ayant amputé les deux jambes. Chevalier de la Légion d’honneur le 30 septembre 1920. Il détient le record au poste de proviseur du Lycée Corneille jusqu’à ce jour avec 17 ans.

25. R. Buisson (1932 - 1940). Médaille militaire, Croix de Guerre

26. Jean Jacob (1940 – 1942). Proviseur au lycée François Ier du Havre en 1937.

27. I. Houyvet (1942-1944). Après son départ en 1944, il est remplacé provisoirement pendant quelques mois.

28. Le Meur (1945-1946)

29. Jean Bréant (1946 - 1957). Né le 10 mars 1893 à Hesdin, Pas-de-Calais et décédé le 4 janvier1974 à Saint-Sébastien de Morsent dans l’Eure. Issu d’un milieu modeste, son père est fabricant de semelles de bois, il prépare en 1908 le concours d’entrée à l’Ecole Normale d’instituteurs d’Arras où il entre pour 3 ans de formation. Il devient en 1911 instituteur stagiaire à Arras. Il obtient en 1913-1914 un congé d’inactivité d’une année pour un séjour en Angleterre afin de venir professeur. Incorporé en 1914, il part en Champagne le 15 février 1915 et est blessé le 9 mai 1915 à Mesnil-les-Hurlus par éclat de torpille au visage. Il a une fracture du maxillaire supérieur et une plaie à la joue gauche. Il est alors invalide à 70 % et devient instructeur en juillet 1917 après sa convalescence. Il est démobilisé le 27 août 1919 comme sergent. En octobre 1919, il devient professeur adjoint à l’école primaire supérieure d’Hirson puis en 1923, professeur à l’école primaire supérieure de Douai après avoir obtenu le certificat d’aptitude à l’enseignement de l’anglais en 1922. Il devient agrégé d’anglais en 1924, professeur au lycée de Saint-Etienne. En 1929-1930, il participe à un échange avec le collège de Wrexham au Pays de Galles. Revenu en France, il devient censeur des études à Aurillac en octobre 1932 puis proviseur à l’âge de 40 ans au Mans de 1933 à 1946. Il achève sa carrière à Rouen.

30. Jean Malrieu (1957-1959). Né le 15 octobre 1910 à Esvres, Indre et Loire, décédé le 28 novembre 1966 à Tours. Il vient du lycée François Ier du Havre puis ira ensuite diriger le centre scolaire d’Antony. Il meurt dans un accident d’automobile près d’Amboise à la Toussaint, sa voiture ayant glissé sur la neige.

31. Richard Croquelois (1959-1966). Né en 1908 à Compiègne et décédé le 26 janvier 1980. Agrégé d’anglais en 1930, professeur à Elbeuf, Cherbourg, au Caire, proviseur à Cambrai puis au Lycée François Ier du Havre en 1957. Nommé ensuite proviseur au Lycée Pasteur de Neuilly, il prend sa retraite en septembre 1973. Chevalier de la Légion d’honneur, Chevalier de l’ordre de Saint-Olav.

32. Lecompte (1966-1975). Né en 1911 à Roubaix. Après des études au lycée Rollin de Paris, où il obtient le 3e prix en Sciences Physiques au Concours Général, professeur agrégé de physiques en 1936, professeur à Saint-Quentin (1937-1939), sous-lieutenant d’Artillerie anti-char, Croix de guerre 1939-1945, professeur de 1940 à 1951 au Prytanée puis à Valence, censeur à Briançon, proviseur à la Roche-sur-Yon (1954-1959), proviseur à Evreux (1959-1966)

33. André Gauthier (1976-1982). Proviseur au lycée François Ier en 1970.

34. Jean Bouet (1982-1993). Agrégé d’anglais, professeur au lycée de Dakar de 1963 à 1966, inspecteur de l’enseignement au Cameroun de 1966 à 1969, membre de l’institut français d’Ecosse de 1969 à 1974 où il exerce des activités culturelles, enseignant dans le supérieur à l’université de Tunis de 1974 à 1976, proviseur du lycée français international de Washington de 1976 à 1982.

35. Jean-Claude Lenoir (1993-1999)

36. Boulineau (1999-2003)

37. Joseph Dion (2004-2007). Agrégé d’Histoire, venant du lycée de Forges-les-Eaux.

38. Alain Gschwind (2007-2008). Né en 1950 à Strasbourg. Il fait ses études au lycée Dumont d’Urville de Toulon (1965-1969).

39. Thierry Verger (2008-2011). Proviseur-adjoint du lycée Modeste-Leroy à Evreux (1998-2002), Proviseur du lycée Françoise-de-Grâce au Havre (2002-2005), Proviseur du lycée Porte-Océane au Havre (2005-2008), Proviseur du lycée Pierre-Corneille (2008-2011), Proviseur du lycée Thiers à Marseille (2011-2016), Proviseur du lycée français Pierre-Mendès-France à Tunis (2016-...). Vice-Président de l’APLCPGE (Association des Proviseurs des Lycées à Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles).

40. Gérard Thiébault (2011-2015)

41. Hervé Lebarque (2015-)
Proviseur Adjoint au lycée Pablo Néruda à Dieppe (1999 – 2002), Principal du collège au collège Jean Lecanuet à Rouen (2003-2007), Proviseur du lycée Guillaume Le Conquérant à Lillebonne (2008-2012), Proviseur de la cité scolaire ( LGT, LP, microlycée de l’Académie de Rouen, CESUP du GRETA de l’Eure) (2012-2015) et en poste au lycée Pierre Corneille à Rouen depuis septembre 2015.