Publié : 19 décembre 2005

Lasnier Benjamin

Lasnier Benjamin intègre en 1999 par la voie PC* (5/2), l’ ENSPM (L’école est en passe de devenir Centrale Marseille (actuellement EGIM, suite à la fusion avec ESM2 et ENSSPICAM)..

En recherche d’emploi depuis 6 mois.

Les points forts de cette école :
L’emploi et la recherche :
· Pop Sud, association d’anciens
· l’école est réputée pour former de bons ingénieurs en optique.

La formation :
· il y a des cours très théoriques, mais parfois très mal enseignés, surtout les maths en 1A qui ressemblent à une cuisine infâme (j’ai regretté les profs de prépa...) car on nous enseigne ça dans le but de faire de la physique
· Il y a aussi beaucoup de pratique et de td, de ce côté-là ça va, ça dépend encore de ceux qui font les td. Globalement le niveau des profs est moins bon que ceux de prépa...
· Point fort : enseignement tourné vers les attentes des industriels, (et donc peu intéressant du point de vue théorique)
· "école généraliste ou encore école spécialisée" : Ecole qui se veut généraliste en physique

Souvenir du Lycée :
Du Lycée Corneille je me souviens sa bonne ambiance, ses vieux bâtiments avec couloirs et salles en parquets. Ses profs et colleurs vus pour certains comme des monstres mythologiques, dont l’enseignement et l’environnement matériel (notamment les blouses et tableaux noirs) nous ramenaient à l’âge d’or des sciences, au temps des découvertes physiques et mathématiques. Ces incarnations de la mémoire collective des pauvres petits taupins nous poussaient dans nos derniers retranchements pour nous permettre d’avoir à portée de neurone de sombres démonstrations débouchant sur des théorèmes lumineux passés à la postérité, et comme sucette au final : la note à deux chiffres.

Evaluer la taupe :
J’ai l’impression que mes études véritables se sont arrêtées en prépa, l’enseignement en école d’ingénieur ne m’a pas intéressé... Je me suis tourné vers d’autres activités moins cérébrales, mais tellement plus ouvertes sur la vie.