Publié : 1er juillet 2016

Cinquantenaire de la prépa HEC (ECS) du Lycée Corneille de Rouen le samedi 28 mai 2016

Le Lycée Pierre Corneille a célébré le samedi 28 mai le cinquantenaire de sa prépa HEC en présence de Madame Morin-Desailly, sénatrice de la Seine-Maritime.

Après une matinée consacrée aux simulations d’entretiens de personnalité et de motivation à destination des actuels étudiants des deux années de la CPGE ECS face à des jurys composés exclusivement d’anciens étudiants, l’après-midi était consacrée à la célébration du cinquantenaire proprement dite, l’esprit de cette commémoration était de permettre aux actuels étudiants de se confronter à l’expérience des différentes générations d’anciens présents.

Face à un public composé d’anciens étudiants parfois revenus en « groupe de khôlles » complets, d’anciens professeurs et proviseurs, et des actuels étudiants et de l’actuelle équipe pédagogique, Monsieur Lebarque, Proviseur du Lycée Pierre Corneille a rappelé que la prépa HEC de Corneille fait partie de la première série de prépa HEC créées en France, et que Corneille poursuivait là une tradition ancienne puisqu’on notait vers 1830 au Collège Royal des « Cours spéciaux d’instruction commerciale » dont le format et les contenus disciplinaires ressemblaient beaucoup à l’esprit actuel de cette Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles.

Puis certains anciens ont apporté leur témoignage visant à embrasser le champ des possibles après la prépa et l’Ecole de Commerce :
- Zahia Bouaziz (Euromed Marseille) : « J’ai adoré mon école de commerce »
- Cécile Tauvel (Neoma Rouen) : « Demain tous entrepreneurs »
- Louise Plaquevent (HEC) : « Sortir de l’Ecole et entrer dans la vie professionnelle »
- Claire de Bonnechose (ESCP) : « Se projeter à l’international »
- Julie Ezan (Audencia) : « Innovation et expérience client »
- David Quennehen (HEC) : « Bonheur et ambition »

S’en est suivie la « fête des épiciers », avec une sympathique initiation au Madison sur le mode « réussir ensemble ».

Ambiance et autres témoignages dans le reportage vidéo réalisé par une étudiante de première année, Louise Spillemaeker.

Documents joints