Publié : 19 décembre 2005

Esteban Alexandra

Esteban Alexandra intègre en 2002, par la voie PC (3/2), l’Eco E.N.T.P.E. ( Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat, www.entpe.fr ) de Vaulx-en-Velin (69).

Elève civile de 2 e année .

Les points forts de cette école :
L’emploi et la recherche :
· Du point de vue de l’emploi il y a deux situations très différentes à l’E.N.T.P.E. : environ les ¾ de chaque promotion sont des élèves-ingénieurs fonctionnaires, payés pendant les trois années d’étude à l’E.N.T.P.E. et avec la sécurité de l’emploi puisqu’ils doivent travailler pendant huit ans pour l’Etat à la fin de leurs études ( aussi bien au Ministère de l’Equipement, des Transports et du Logement qu’au Ministère de l’Environnement par exemple ).
le dernier ¼ de chaque promotion est composé d’élèves-ingénieurs civils ( ce qui est mon cas ), non payés pendant les études et avec recherche d’emploi à la fin des études, mais avec de meilleurs perspectives de salaire dès le premier poste. De plus, il existe un large réseau d’ingénieurs T.P.E. en poste dans des entreprises que l’on peut facilement contacter et qui nous permettent de trouver plus facilement des stages et de nouer contact avec les sociétés.
L’Ecole dispose de 6 laboratoires au sein même de ses locaux :
Laboratoire Géomatériaux (LGM), Laboratoire des Sciences de l’Habitat (LASH), regroupés au sein du Département Génie Civil et Bâtiment (DGCB), Laboratoire des Sciences de l’Environnement (LSE) Laboratoire d’Économie des Transports (LET), unité mixte du CNRS Recherches Interdisciplinaires Ville Espace Société (RIVES), composante de l’unité mixte du CNRS, Laboratoire d’Ingénierie, Circulation, Transports (LICIT), unité mixte de l’INRETS
De nombreux enseignants sont chercheurs dans ses laboratoires, nous y effectuons également tous nos Travaux Pratiques. Nous pouvons aussi préparer des D.E.A. ou des Doctorats dans le cadre de l’Ecole ou en partenariat avec d’autres écoles de Lyon ( tous les renseignements sont disponibles sur le site www.entpe.fr rubrique recherche ).

La formation :
· Les 2 premières années d’études à l’école sont communes à tous les élèves. L’enseignement se compose de matières traditionnelles telles que les Mathématiques, mais aussi de matières se rapportant aux Travaux Publics ( Route, Structures, Géologie... ) et à l’Urbanisme. En 1 e année les options ne représentent qu’une faible partie de l’enseignement, mais en 2 e année elles représentent 25% de l’enseignement.
· En 3 e année, chaque élève choisi parmi les différentes Voies d’Approfondissement (V.A.) celles qui lui convient le plus. Nous avons le choix entre des spécialités très différentes : Génie Civil, Route, Bâtiment, Gestion, Aménagement et Urbanisme, Gestion... Au sein de chaque spécialité, chaque élève se construit son propre cursus.
· De plus, 3 stages doivent être effectués pendant la scolarité (un chaque année), ce qui permet de se familiariser avec le monde du travail.

Souvenir du Lycée :
Du lycée Corneille je me souviens .....évidemment de beaucoup de travail, mais aussi des amitiés qui se sont créées, et qui continuent encore bien que chacun soit parti dans des écoles aux quatre coins de la France.
Côté boulot, sans vraiment s’en apercevoir on prend de bonnes habitudes de travail qui font qu’ensuite le travail en école se fait très facilement. Au début de la sup et de la spé, j’ai chaque fois eu besoin d’un temps d’adaptation, mais ensuite ça allait mieux, et même si à certains moments on en a vraiment marre de travailler, il ne faut pas perdre espoir, ça paye après, les années en école d’ingénieur permettent de se rattraper côté activités extra-scolaires (avec beaucoup de clubs et de sports à pratiquer), et la somme de travail à fournir est beaucoup mois importante qu’en classe prépa.

Evaluer la taupe :
Les classes préparatoires représentent évidemment une grande implication du point de vue du travail à fournir. Mais ce travail permet d’intégrer des écoles d’ingénieurs qui permettent de trouver à la fin des études un travail intéressant et bien rémunéré.
Et puis la prépa c’est aussi apprendre à s’entraider dans le boulot, réviser ensembles les colles, travailler les D.M. à plusieurs... Le mythe de l ‘esprit de compétition, du chacun pour soi, ce n’est pas vrai : il y a de très nombreuses écoles, de la place pour tout le monde, alors on n’a pas besoin de se tirer dans la pattes pour réussir. Il y a globalement une bonne ambiance, et on s’y fait des amis qu’on conserve bien au-delà de la prépa.
Bilan : du boulot pendant de ou trois ans, mais ensuite en école d’ingénieur c’est vraiment tranquille, des amis, et si c’était à refaire, je le referais sans hésiter !