Publié : 19 décembre 2005

Dupré Cécilia

Dupré Cécilia intègre en 2001, par la voie PC (3/2), le Magistère de Physique Fondamentale d’Orsay.

Maintenant en 2ème année d’école d’ingénieur, l’ENSTA (Ecole Nationale Supérieure de Techniques Avancées) à Paris, intégrée en Admission sur Titre.

Les points forts de cette école :
Les points forts du Magistère de Physique Fondamentale :
Pour ceux qui ne le savent pas, il s’agit d’un diplôme en 3 ans, regroupant la licence, la maîtrise et le DEA ou DESS, et qui ajoute à ces diplômes différentes formations : anglais, informatique, stages en laboratoire, à l’étranger, en entreprise, économie et gestion. Le recrutement se fait sur dossier après un DEUG ou une prépa. http://www.magistere.u-psud.fr/phys/index.html

L’emploi et la recherche :
· Excellente formation pour la recherche.... Ce Magistère est très réputé dans les domaines de recherche fondamentale. Il est situé sur le campus de l’université Paris-Sud (Orsay) qui est un des sites les plus réputés internationalement. Pour ce qui est de la poursuite par DEA + thèse, la situation est très difficile (suivre l’actualité...).
· Peu de contacts avec les entreprises.
· Très grandes possibilités de partir à l’étranger (c’est plus facile qu’en école), je suis moi même partie à Montréal, à l’université anglophone de McGill pour mon année de Maîtrise. Cela aurait été beaucoup plus difficile en école.
· Possibilité d’intégrer la classe préparatoire à l’Agrégation de Montrouge après la seconde année (=maîtrise).
· Possibilité d’intégrer sur titre les Grandes Ecoles.

La formation :
· La formation aborde tous les grands domaines de la physique : la Physique Analytique, la Physique Quantique, la Physique Statistique, l’Astronomie, l’Electromagnétisme, l’Optique, les Lasers, Physique Atomique et Moléculaire, Physique Subatomique, Plasmas, Mécanique des Fluides, Matière Condensée...
· Possibilité de se spécialiser par le choix des options.

Souvenir du Lycée :
Quand j’ai quitté le lycée Corneille, je me suis rendue compte à quel point le travail y était efficace, à quel point nous étions suivis et bien encadrés. Non seulement, j’avais appris à étudier, mais aussi une quantité incroyable d’informations qui me permettaient de faire ou bien des maths, ou bien de la physique, ou bien de la chimie....

Evaluer la taupe :
J’ai extrêmement de difficultés à écrire quelque chose là-dessus tout simplement, parce que même si je ne regrette pas du tout d’avoir fait une classe prépa, je trouve extrêmement dommage que la France ait un système si élitiste et si fermé. Dommage aussi que certains profs nous démontent et que l’on apprenne pas à chercher par nous mêmes. C’est aussi parce que j’ai pu comparer avec le système canadien.
L’ambiance est bien meilleure qu’à l’université car c’est beaucoup moins individualiste. Je n’ai pas perdu de vue mes amis de prépa alors que je n’ai plus vraiment de contacts avec mes copains de l’université.
Le lycée a une situation privilégiée (tout près du centre) ce qui nous permet de profiter de cette proximité.