Publié : 28 mars 2016

Utilisation des données météorologiques pour réaliser des cartes météorologiques à l’aide d’un SIG QGis

Nous souhaitons comprendre comment les météorologues exploitent les données brutes des différentes stations pour les rendent intelligibles par tout le monde

Récupération des données de la station

La station météorologique du lycée délivre de nombreuses données que l’on peut récupérer puis les travailler comme l’ont proposé les séances en mathématiques avec M Vivien. Le format d’export est le fichier txt que l’on peut ensuite importer dans Excel.
Les stations sont classées en 5 catégories en fonction des incertitudes liées aux mesures. Pour être référencée par Météo France, une station doit être en classe 1ou 2 et être placée dans des conditions spécifiques comme être à 1.5 m du sol sur un support enherbé et loin de bâtiments. Notre station est en classe 4, elle est placée dans un milieu urbain, entre des bâtiments et poser à 1.5 m du sol mais sur un sol gravillonné, les données fournies comportent donc une grande incertitude.

Données SYNOP

Pour réaliser une carte météorologique, nous devons disposer d’autres données. Météo France nous livre de façon gratuite les données SYNOP (type de codage des données) pour 40 stations en France métropolitaine.

Nous pouvons donc aller chercher des données pour un jour donné. Ces données sont fournies au format csv et seront intégrées dans le SIG QGis.

Réalisation de la carte météorologique

Une fois les données importées dans le logiciel, il reste à sélectionner la donnée d’intérêt et à l’aide des fonctionnalités du logiciel à établir des isolignes et des isoplaques.
Les élèves ont choisi 3 données, la température, la pluviométrie, la pression sur la journée du 9 décembre.

Ci-dessous les résultats obtenus : carte des isothermes

Carte des isohyètes :

On peut comparer ces paramètres observés par rapport aux normales saisonnières comme le font tous les journalistes dans le bulletin météo.
Il faut cependant définir cette notion de normale saisonnière : c’est la moyenne sur 30 ans obtenu pour un paramètre donné. Cette période de référence correspond donc davantage à une donnée climatique que météorologique.

Dans le cas présent : pour le mois de décembre entre 1971 et 2000, les températures moyennes sont indiquées en rouge et les précipitations en bleu.

Carte issue du site http://www.meteolafleche.com

Nous pouvons constater que ce 9 décembre en France, il a fait plus chaud que les normales saisonnières.
Nous ne pouvons en revanche rien déduire pour les précipitations qui sont calculées pour les normales sur le mois de décembre entier.