Publié : 5 janvier 2010

Pourquoi les Mathématiques ?

Quelques exemples de carrières après avoir fait des études de mathématiques

Les mathématiques sont impliquées aussi bien dans la vie économique et industrielle que dans le développement de nouvelles connaissances en interagissant avec les autres sciences et domaines techniques. Les mathématiques s’imposent aujourd’hui dans des domaines très variés.

Entreprises :
Côté production, l’industrie a besoin de mathématiciens pour résoudre des problèmes liés à l’automatisation des outils. Les mathématiciens travaillent dans ce cas en étroite collaboration avec les informaticiens et les ingénieurs (entreprises liées à l’automobile, aux pneumatiques, à l’aéronautique, à l’aérospatiale, à l’énergétique, aux télécommunications, à l’automatisme, à la logistique et gestion de production).

Etudes statistiques :
Les statisticiens se retrouvent dans toutes les branches d’activités industrielles ou commerciales, dans le domaine de la santé, de la fonction publique, dans des organismes d’études et de recherches tant nationaux qu’internationaux.

Banques et assurances :
Dans le domaine de la banque, les mathématiciens apportent leurs
compétences notamment pour favoriser la communication de messages
l’abri des indiscrétions, mettre en place de bases de données, fixer les prix de divers services en intégrant des risques qui sont aléatoires, évaluer risques financiers en interaction avec la réglementation, et éventuellement d’interventions d’opérateurs sur le marché des actions et des obligations.
Les sociétés d’assurance ont besoin de mathématiciens qui conçoivent des produits en fonction des typologies de clients, effectuent des études statistiques, financières et économiques sur les produits et services de l’assurance. Ils peuvent également faire de la gestion d’actif, de passif et réaliser des fusions acquisitions. Ils créent des banques de données sur les clients et analysent des données.

Actuaire :
C’est un spécialiste de la gestion des risques auxquels sont soumis la plupart des agents économiques. Il propose des modèles mathématiques
qui permettent de gérer au mieux l’évolution incertaine de l’environnement (élaboration et tarification de contrats d’assurance, évaluation de produits financiers, choix d’investissements, gestion
des risques financiers). Le secteur public utilise aussi parfois des actuaires pour le contrôle des assurances, des opérations de prêt hypothécaire et pour des services de sécurité sociale, de pension et de
comptabilité publique.

Enseignement :
les professeurs de mathématiques trouvent des débouchés intéressants aussi bien dans l’enseignement secondaire que dans l’enseignement universitaire. L’enseignant-chercheur partage son temps entre enseignement et recherche. Il va à des colloques pour faire connaître
les avancées de sa recherche mais également il participe à la diffusion de la culture scientifique auprès du grand public.

Conseil :
Le secteur du conseil regroupe diverses prestations : des
études statistiques, de sondage et des ressources publicitaires.
Il s’agit, par exemple, de mesurer l’audience des médias afin
d’attirer les annonceurs publicitaires. Ca peut être aussi la
participation à la décision stratégique d’entreprises ou à la
décision commerciale marketing. Dans le domaine du conseil,
les SSII sont pourvoyeuses d’emploi pour les mathématiciens
qui peuvent créer des logiciels pour le compte de grandes
entreprises, ils peuvent aussi implanter et exploiter de grandes
bases de données pour le compte de clients. Le conseil touche
également le traitement de l’image, transmission de
l’information, dans le secteur de l’audiovisuel, dans le domaine
médical, mais aussi la téléphonie mobile et Internet. Les
mathématiciens peuvent analyser des photos aériennes ou
satellitaires, transmettre des images par Internet, l’envoi de
photos numériques par téléphone portable. Certaines
fondations de cartes à puces recherchent des algorithmes sûrs
qui empêcheront le piratage des codes. Pour les prestataires
du web et du net, il s’agit d’assurer l’intégrité et l’authenticité
des messages communiqués par la voie électrique.

La santé et la biologie :
Les médecins ont besoin d’outils mathématiques et statistiques, par exemple pour extrapoler des résultats obtenus au cours d’expériences animales à des populations humaines. Ou encore pour prévoir, sous certaines hypothèses, la propagation d’une maladie au sein d’une population : par exemple, quel serait l’impact de la vaccination de tous les enfants de 6 ans sur l’incidence de la maladie dans 20 ans ? Les entreprises pharmaceutiques et cosmétiques ont aussi de gros départements de bio-statistiques, qui évaluent l’efficacité et la
toxicité éventuelle de nouveaux médicaments.

L’environnement :
La météorologie. L’écologie, c’est comprendre l’influence du climat et de ses changements sur la croissance des forêts, savoir ajuster en conséquence la gestion des forêts pour atténuer les effets négatifs des changements climatiques.

Se former aux mathématiques d’aujourd’hui, c’est acquérir une vision claire d’un certain nombre de structures essentielles, c’est apprendre à utiliser divers outils intellectuels performants. C’est par la qualité de sa réflexion et la fiabilité de son discours, plus que par la possession de techniques de calcul -en perpétuelle évolution- que le mathématicien devient un partenaire recherché.

sources : - CEDIES (CEntre de Documentation et d’Information sur l’Enseignement Supérieur du Luxembourg).
- Département et laboratoire de mathématiques de l’université d’Angers, http://math.univ-angers.fr/.
- Femmes en maths ... pourquoi pas vous ?, brochure diffusée par l’Université de Reims, 2001.
- l’IREM (Institut de Recherche sur l’Enseignement des Mathématiques) d’Orléans.

Brochure « Zoom sur les métiers des mathématiques »

La brochure « Zoom sur les métiers des mathématiques » (téléchargeable ici, format pdf 6 Mo) est l’initiative de quatre associations : la Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles (SMAI), la Société Mathématique de France (SMF), la Société Française de Statistique (SFdS) et l’association Femmes et Mathématiques. Le projet a été coordonné par Brigitte Lucquin et réalisé en partenariat avec l’Onisep.

Cette brochure présente une galerie d’une vingtaine de portraits de jeunes femmes et hommes récemment engagés dans la vie active dans des métiers essentiellement hors enseignement et recherche universitaire - pour lesquels une formation mathématique de base joue un rôle fondamental.